L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
Aménagement territorial : une première restitution du SRADDET
Publié le 29/05/2018
Aménagement territorial : une première restitution du SRADDET

Le département de la Drôme arrive en phase de finalisation de son Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), qui détermine les grandes orientations sur le long terme en faveur d’un développement optimal des territoires. La restitution de ce schéma fut présentée en séance aux élus départementaux et aux présidents des 12 EPCI mardi 22 mai dernier.

 

Il existe déjà de nombreux outils d’aménagements territoriaux, essentiels à la construction de l’avenir des territoires tels les divers documents d’urbanisme à l’échelle communale (PLU) intercommunale (PLUi), ou à échelle agrandie (SCoT), tels les documents à thèmes comme le SAGE (gestion de la ressource en eau), le schéma région climat air énergie (SRCAE), les chartes des Parcs Naturels Régionaux (PNR), les Schémas d’Aménagement Régionaux (SAR), les PIG (Projets d’Intérêt Général), etc. À cette liste non exhaustive s’ajoute, depuis la mise en application de la nouvelle réforme territoriale dite Loi NOTRe en janvier 2017, un nouveau schéma de prospectives : le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires).

 

« Il s’agit d’une démarche de diagnostic partagé entre tous les territoires de notre département », rappelle Marie-Pierre Mouton, présidente du Conseil départemental (photo), en introduction à cette séance de restitution au Conseil départemental, mardi 22 mai dernier. « Cette démarche partenariale démarrée début 2018 permettra de construire une vision souhaitée commune » qui intégrera de façon optimale le département de la Drôme dans le schéma régional dans sa globalité, lequel sera approuvé à l’été 2019 par le Conseil régional sous la présidence de Laurent Wauquiez.

 

La Drôme aujourd’hui : une base économique solide…

L’évolution démographique du département prévoit une croissance de +0,51 % par an à l’horizon 2050 - 32è plus forte hausse au niveau national - pour atteindre 597 000 habitants (516 000 aujourd’hui). La tendance migratoire actuelle se renforcera à l’avenir, vers une périurbanisation accélérée autour des plus gros pôles urbains. Un phénomène inverse à la croissance économique : en effet, ces pôles urbains affichent 27 % de la croissance démographique et 65 % de la croissance économique.

 

Fait notoire : la Drôme conserve son indépendance vis à vis des grandes métropoles environnantes comme Lyon qui capte 3 000 Drômois actifs et Grenoble, ou encore Avignon qui captent moins de 1 000 actifs en Drôme chacune.

Cette indépendance contribue à renforcer l’autonomie du territoire puisque le département maille lui-même son périmètre en termes de services et d’accès à l’emploi. En 2014, la Drôme offrait 92 emplois pour 100 actifs (86 en Région Auvergne Rhône Alpes), ce qui propulse la Drôme en 2ème position des départements les mieux dotés en terme d’emplois à l’échelle régionale, et 7ème au niveau national.

 

... mais pas invulnérable

Face aux enjeux d’avenir (transition numérique, énergétique, économique), la Drôme devra anticiper les mutations qui affecteront inévitablement son industrie, tout comme le reste du pays et du monde, en mettant en place rapidement des dispositifs de formation aux métiers émergents par exemple (intelligence artificielle, cyber défense, etc.), ou encore en prévoyant des solutions de reconversion des sites nucléaires. Parallèlement, elle devra prévoir de s’adapter également aux changements climatiques afin de limiter le préjudice sur son économie agricole (ressources en eau, transformations des espèces, mutations des productions locales, etc.).

 

Dans les grandes lignes, l’avenir ébauché par le SRADDET actuel s’articule autour de 4 grands « défis » : soutenir les solidarités territoriales et humaines en tenant compte des spécificités des territoires drômois ; améliorer la connectivité des territoires (infrastructures routières et ferroviaires, organisation des flux, couverture téléphonique et numérique de tous les territoires…) ; afficher le cadre de vie et le bien-être en Drôme comme leviers d’attractivité économique (terroir, gastronomie, tourisme durable, couverture numérique optimale, environnement, biodiversité, patrimoine historique et culturel, etc.) ; et enfin, accompagner le territoire dans les grandes mutations et transitions (numérique, économique, énergétique, climatique).

 

« Il est essentiel d’anticiper les effets des évolutions technologiques sur le tissu économique et notamment industriel et nucléaire, de la Drôme. L’automatisation en cours ou le développement de l’intelligence artificielle à terme, conduiront à la disparition de nombreux métiers parmi lesquels les métiers de l’industrie sont particulièrement concernés. Le scénario le plus optimiste de l’OCDE (disparition de 9 % des emplois actuels) représenterait néanmoins 20 000 emplois potentiellement supprimés dans la Drôme », prédisent les experts

 

Quelques remarques des élus

Lors de cette présentation exhaustive, les élus ont eu le loisir d’intervenir, apportant leur point de vue sur d’éventuelles omissions du SRADDET : quid de la valorisation des déchets ? Quid de la dimension culture ? Pourquoi ne pas intégrer les plateformes de rénovations énergétiques mises en place par les territoires dans le cadre des SCoT concernant la transition énergétique (défi n°3) ? Ne faudrait-il ; pas intégrer le sujet des retenues d’eau dans le volet économie agricole ?... 

 

Des remarques qui ont retenu l’attention des experts en charge de piloter le Schéma, lesquels ont toutefois prudemment précisé qu’il était « impossible de tout intégrer dans le SRADDET »

 

Corinne Legros

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine