L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
Cinéma d'animation : une enveloppe de 150 000 euros sur 3 ans
Cinéma d'animation : une enveloppe de 150 000 euros sur 3 ans

Bourg-lès-Valence - La Communauté d’agglomération Valence Romans et le département de la Drôme renouvellent leur fonds de soutien au cinéma d’animation. D’une durée de 3 ans et d’un montant de 150 000 euros, ce fonds accompagnera 8 projets de producteurs en lien de près ou de loin avec la Cartoucherie, pôle drômois dédié à cette filière. Pour cette 2ème édition, le CNC accompagnera l’effort des deux collectivités.

 

Le premier fonds - expérimental - de soutien à la filière drômoise du film d’animation, s’élevait à 100 000 euros et accompagnait le temps d’une année, 4 productions de studios installés à la Cartoucherie. L’initiative avait également bénéficié du soutien, en 2017, du Centre National de la Cinématographie (CNC) à hauteur de 50 000 €. C’est donc au terme de cette année expérimentale, jugée satisfaisante, qu’un deuxième fonds de soutien fut contractualisé lundi 29 janvier dernier, entre le Département qui contribue à hauteur de 120 000 € et la communauté d’agglomération Valence Romans (30 000 €). La nouveauté cette année : l’engagement du CNC qui promet une subvention annuelle sur le principe du « 1 € du CNC pour 2 € des collectivités ». 

 

8 projets made in Drôme

 

Cette année, ce sont 8 projets qui seront accompagnés.

Bach-Hong, est un court-métrage produit par Fargo, studio établi de longue date à la Cartoucherie. Ce court-métrage de 17 minutes recevra 30 000 € du fonds de soutien. L’histoire créée par la réalisatrice Elsa Duhamel : une jeune fille vietnamienne pendant la guerre, voit son animal favori et chéri - une jument - abattu pour être mangé.

 

Les Cahiers d’Esther, du célèbre dessinateur Riad Sattouf sont adaptés en série animée par le non moins célèbre studio d’animation Folimage, qui a contribué à la création du Pôle Image de La Cartoucherie dès 2009. Le projet se verra accorder une enveloppe de 40 000 euros.

 

La Bête à deux dos (photo du haut), est une série de 26 épisodes de 3 minutes, développée par La Clairière Productions et coproduite par Miyu Production. L’auteur Christophe Gautry est basé à Valence et à La Cartoucherie. Le sujet : la diversité des comportements sexuels à tous les âges de la vie, sans tabou et avec humour. 15 000 € du fonds lui seront dédiés.

 

Maraude & Murphy, est produit par Citron Bien, qui a déménagé de La Cartoucherie pour un studio basé à Valence. L’enveloppe de 20 000 € permettra à ses auteurs Hélène Ducrocq et Jean-Pierre Poirel, de réaliser un court-métrage de 10 minutes qui raconte une nuit mouvementée de 2 chauve-souris.

 

Symbiosis est un court-métrage de 10 mn produit par Miyu Production (Valence). L’auteure hongroise, Nadja Andrasev, y relate l’histoire d’une femme trompée par son mari et qui collectionne des objets appartenant à ses maîtresses.  Le projet est soutenu à hauteur de 15 000 €.

 

Le film Tufo, développé par Les Contes Modernes (La Cartoucherie) est un court-métrage de 26 minutes spécialement conçu pour la TV. Son auteure Victoria Musci, y relate l’histoire vraie d’un maçon sicilien qui résiste à la Mafia. Ce projet reçoit 15 000 €.

 

Vanille (10 000 € de subvention), est également un « Spécial TV » de 26 minutes. Développé par Folimage et réalisé par Guillaume Lorin, ce projet relate la découverte et les aventures de la jeune métisse Vanille, née en France, qui découvre la Guadeloupe avec ses coutumes et ses légendes.

 

Enfin, Claudy est à nouveau une série développée par Miyu Productions qui se voit dotée d’une subvention de 5 000 €. Réalisée par Luce Côte-Colisson et Lucie Rouxel, cette série onirique de 52 épisodes de 11 mn, relate l’histoire d’un nuage désireux de découvrir le monde terrestre.

Au total ces projets généreront 1 318 jours (3 ans 1/2) de travail dans la Drôme pour 100 salariés (2 fois plus que pour la précédente édition) et une précision de 2 351 063 € de retombées directes (3 fois plus qu’en 2016).

 

Corinne Legros


Retrouver l'article complet dans l'édition du 3 Février 2018
AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine