L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
Délinquance, bilan 2017 : du bon et du mauvais
Publié le 24/02/2018
Délinquance, bilan 2017 : du bon et du mauvais

Drôme - Vendredi 16 février dernier, le préfet Eric Spitz, en présence du procureur Alex Perrin et des chefs de la police et de la gendarmerie Pierre-Olivier Mahaux et Claude Rebuffel, présentait les chiffres 2017 de la délinquance en Drôme. le bon : une baisse globale de la délinquance ; le mauvais : une hausse des escroqueries économiques et financières.

 

Globalement, les chiffres 2017 de la délinquance en Drôme sont bons avec une baisse marquée de 5 % par rapport aux chiffres 2016.

 

Les atteintes aux biens : une baisse de 8,5 %

 

Les actes de délinquance sont différenciés en 2 grandes catégories : les atteintes aux biens et les atteintes aux personnes.

Dans la première catégorie, la baisse atteint 8,2 % (16 430 faits enregistrés en 2017 contre 17 888 en 2016). Dans le détail, les 5 sous-rubriques enregistrent des chiffres tantôt en baisse tantôt en hausse : les vols de véhicules (-5,7 % en Drôme, -6 % au plan national) ; les cambriolages (+0,2 %, 2 % au niveau national) ; les vols sans violence contre des personnes (-1,4 %, +1 % au plan national) ; les vols avec armes (+1,8 %, -3 % en national) ; les vols violents avec armes (-24 %, -5 % en national).

 

Les atteintes aux personnes : une baisse de 4,9 %

 

Les chiffres des atteintes volontaires à l’intégrité physique (2è catégorie), enregistrent une baisse de 4,9 % (3 665 faits en 2017 contre 3 853 en 2016). Parmi ces atteintes, on note une forte baisse des violences physiques crapuleuses (-19,6 % en Drôme, -4 % en national) mais à l’inverse le nombre de violences sexuelles est en très forte hausse (+38,1 % en Drôme, +10 % en France). Une forte hausse qui pourrait s’expliquer en partie par le récent mouvement mondial de libération de la parole de victimes de violences/abus sexuel(le)s, ceci n’excluant malheureusement pas une augmentation des actes.

 

Escroqueries économiques et financières : une hausse de 11,9 %

 

« Ce genre de délinquance va devenir une priorité dans les années à venir », déclare le préfet Eric Spitz. L’année 2017 enregistre une hausse de 11,9 % par rapport à 2016 avec 2 482 faits enregistrés contre 2 218 en 2016 et 2 13 en 2015.

« Il s’agit de criminalité importée d’envergure nationale. Le démantèlement des réseaux de cybercriminalité nécessite l’implication des services de police nationaux très pointus », complète Pierre-Olivier Mahaux.

« Les personnes sont victimes d’abus de confiance. La meilleure parade reste la prévention et la vigilance. Des brigades militaires spécialisées en intelligence économique se rendent dans les entreprises pour faire de la prévention et des diagnostics », rappelle le lieutenant-colonel Rebuffel. Ces initiatives ont notamment permis aux entreprises diagnostiquées de mettre en place des parades efficaces contre les malfaiteurs. « Il suffit parfois de mettre en place tout simplement une protection de la propriété intellectuelle », concluait le préfet.

 

Corinne Legros  

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine