L'Echo Drôme-Ardèche > Acteurs ECO
Acteurs ECO
Fiscalement contrainte, la CCI de la Drôme ajuste son effectif
Publié le 13/06/2018
Fiscalement contrainte, la CCI de la Drôme ajuste son effectif

Ambiance morose lundi 4 juin dernier lors de l’AG de la CCI de la Drôme, et pour cause : une nouvelle baisse de ses ressources fiscales décidée par l’Etat l’oblige à supprimer 15 postes et à revoir son organisation.

 

Comme toutes les espèces dont l’éco-système est menacé et qui de fait, risquent de disparaître, la CCI de la Drôme est contrainte de s’adapter et de faire preuve de résilience.

 

 

Cette capacité à naviguer en plein brouillard entre les récifs tout en essayant, malgré le manque de repères, de tenir un cap dans un océan d’incertitudes n’est pas évidente, a fortiori quand la météo ne cesse de se dégrader. La CCI de la Drôme qui commence, à ses dépens, à avoir l’habitude de ces conditions, a une nouvelle fois fait la démonstration ce lundi soir dans le cadre de son assemblée générale qu’elle était capable d’affronter de nouvelles bourrasques.

 

Du moins pour l’instant. Comme l’a rappelé son Président, Alain Guibert, « l’avenir est pour nous une véritable source d’inquiétude puisque dans le cadre des réformes à venir, nous n’avons aucune idée de ce que nous allons devenir ».

 

Les effectifs une nouvelle fois revus à la baisse et des missions supprimées

 

En attendant d’être fixée sur son sort, la CCI de la Drôme a donc une nouvelle fois, fait évoluer son corps-business. Pour pallier les effets de la nouvelle baisse de ses ressources fiscales (-880 000 euros) imposée par l’État (après la ponction de 14 millions d’euros dont elle a été l’objet en 2015 qui a entraîné 25 départs) et présenter un budget au minimum équilibré comme elle en a l’obligation, la CCI de la Drôme a adopté un nouveau schéma d’organisation, le second en moins de 3 ans, lequel se traduit cette fois par la suppression de 15 postes. La CCI de la Drôme comptera donc désormais 120 collaborateurs.

 

Elle en comptait encore 160 en 2014. Élaborée en tenant compte à la fois des orientations de mandat prises au niveau local par Alain Guibert et son équipe et du schéma global voté par la CCIR en décembre dernier, cette nouvelle organisation dévoilée par Alain Fonte (DG de la CCI) signe la fin d’une structuration par pôles au profit d’un fonctionnement en mode process qui privilégie la gestion - pour ne pas dire l’optimisation - de l’offre, la mutualisation et la transversalité ainsi qu’une utilisation accrue de l’outil numérique.

 

Selon cette logique, certains programmes tel que notamment l’international sont donc abandonnés. Invité à s’exprimer, le représentant de l’État a réclamé pour sa part de la cohérence et dénoncé les attitudes des milieux entrepreneuriaux qui aujourd’hui, dénoncent les effets des mesures qu’ils ont, hier, appelées de leurs vœux. S’il se réserve le droit de répondre à certaines questions par écrit, il a toutefois jugé bon de rappeler que pour le Gouvernement, les CCI sont des acteurs et des partenaires incontournables.

 

Frédéric Rolland

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine