L'Echo Drôme-Ardèche > Acteurs ECO
Acteurs ECO
Invest’in Romans : de nouvelles opportunités à saisir
Publié le 22/04/2017
Invest’in Romans : de nouvelles opportunités à saisir

Fort du succès rencontré par les précédentes éditions, la municipalité romanaise a décidé de reconduire son opération “séduction” à destination de potentiels investisseurs privés mais en la faisant évoluer. Pas de nouveaux biens immobiliers à vendre pour cette 3ème édition mais des secteurs de projets tout entier.

 

Lorsqu’au printemps 2014 elle s’empara de la mairie de Romans/Isère, Marie-Hélène Thoraval (photo ci-contre) avait clairement annoncé la couleur : “la logique a changé. Désormais, la Ville s'ouvre à l'extérieur et ne demande qu'à nouer des partenariats. Nous savons que les investisseurs fonctionnent à la confiance. nous souhaitons démontrer qu'il existe ici un véritable potentiel pour des projets et qu'ils peuvent compter sur la puissance publique pour les accompagner”. Lancée pour la première fois en février 2015, l’opération Invest’in Romans symbolise ce nouvel état d’esprit. Propriétés de la ville, de nombreux biens désaffectés voire délabrés, réduits à l’état de friche, ont ainsi été cédés pour être réhabilités sous une forme ou sous une autre : l’ilôt Dolet et la piscine Diderot en immeubles d’habitations, la Chapelle de l’ancien Hôpital en espace de co-working, l’ancien conservatoire en locaux dédiés à des activités tertiaires et culturelles, l’usine Jourdan en fabrique de jeans ou bien encore le désuet centre technique municipal en résidence pour séniors. Dernièrement, c’est l’ancienne Maison de la Nature et de l’Environnement située en bordure de l’Isère au pied de la côte des Chapeliers qui a trouvé preneur en la personne de Michel Baulé. Sous l’impulsion d’un binôme constitué de l’ancien industriel (aujourd’hui à la tête d’Eximium, holding financière et de services) et d’un professionnel de la restauration confirmé, cet ancien hôtel particulier érigé au XVe siècle va devenir, sous l’enseigne “La Belle Maison” et moyennant un investissement conséquent estimé aujourd’hui à 1,2 million d’euros, un établissement de type “bistronomique” avec chambres d’hôtes (photo en haut de page - Crédit Illustration : Cabinet traversier).


Des secteurs à projets pour investisseurs avisés
Si de nombreux biens mis en avant lors des deux précédentes éditions d’Invest’in Romans sont toujours sur le marché, force est de constater qu’une dynamique existe désormais. Surfant sur cette tendance, la manifestation a donc été reconduite cette année mais quelque peu modifiée au niveau de son contenu. Plutôt que de proposer de nouveaux biens immobiliers, ce sont cette fois quatre secteurs dits “de projets” proposant des opportunités et des possibilités de création de pools d’investisseurs qui ont été proposés. Le 1er concerne l’entrée Est de Romans, côté Monnaie. Soit une aire de 5,5 hectares à vocation tertiaire située le long de la rocade, face à la zone d’activité des Allobroges. Le 2nd concerne le quartier Duchesne (quartier qui englobe les ateliers Clergerie et l’ancienne caserne des pompiers) que la ville souhaite résidentialiser au travers la construction de nouveaux logements, la requalification des voiries et un nouvel aménagement paysager, notamment.
Les 3è et 4è secteurs proposés aux investisseurs sont tous les deux situés dans le centre historique de la ville. L’un concerne le bâtiment Fanal, appelé à (re)devenir la locomotive de la vie sociale, culturelle et économique du bas de la cité. Bien qu’assez disgracieux, ce site qui héberge la médiathèque et l’unique Tribunal de commerce du département n’est pas sans présenter quelques perspectives intéressantes de part sa situation face à l’Isère, son offre de stationnement en sous-sol sans oublier les centaines de m2 vacants depuis la fermeture de la galerie marchande au rez-de-chaussée. Enfin, le quartier du Chapitre (situé à proximité du Musée international de la Chaussure, il englobe l’ancienne gendarmerie et l’îlot Musselon) est considéré comme un quartier d’avenir par la municipalité qui souhaite le développer dans un esprit “Village” avec des prestations hôtelières ou résidentielles de qualité.


Frédéric Rolland

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine