L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
La chaussure romanaise retrouve son droit de cité
Publié le 04/06/2018
La chaussure romanaise retrouve son droit de cité

Romans - Porté depuis près de deux ans par l’association Romans Cuir, le projet à la fois industriel et touristique visant à (re)faire de Romans une Cité de la chaussure et du cuir se précise. Complètement réaménagé, l’ancien Intermarché situé en plein centre-ville accueillera dès cet hiver un magasin d’usine commun à plusieurs marques locales derrière lequel seront par la suite implantés des ateliers de fabrication ouverts aux touristes de passage.

 

Si tout se passe selon les souhaits des porteurs du projet, les touristes qui l’hiver prochain viendront faire des emplettes à Romans et qui, par la même occasion, souhaitent en profiter pour acheter des chaussures fabriquées localement disposeront d’une adresse supplémentaire. Désaffecté depuis plusieurs années, l’ancien Intermarché situé en plein centre-ville sur les boulevards devrait en effet héberger un magasin d’usine commun à plusieurs marques.

 

Et dans les mois qui suivront, plusieurs ateliers de fabrications dont ceux de Made In Romans, Insoft et 1083 (pour sa gamme de sneakers uniquement) s’y installeront à leur tour, ce qui in fine permettra aux touristes et aux clients de découvrir les secrets de fabrication. Un accord a été trouvé avec les propriétaires du site pour sa cession a révélé Christophe Chevallier (Président du Groupe Archer) lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de ce projet, ce qui lui permet d’affirmer que ce dossier est donc en très bonne voie.

 

Vers un nouvel éco-système

Porté par l’association Romans Cuir et par le groupe Archer en ce qui concerne les investissements (de l’ordre de 2 millions d’euros) et la gouvernance, ce projet qui bénéficie également du soutien de la ville et de l’agglo dans le cadre de l’appel à projets TIGA (Territoire Innovant de grande Ambition) vise à créer, au niveau local, une dynamique qui à terme, doit (re)faire de Romans une Cité du Cuir et de la Chaussure.

 

Un peu à l’image de ce qui se pratique en Italie avec les SPL (NDLR : Systèmes Productifs Locaux), l’ambition de ce projet est de faire émerger à l’échelle du bassin un éco-système collaboratif qui permettra de mettre en place des formations axées sur la transmission des savoirs en lien avec le Lycée du Dauphiné et l’AFPA mais aussi d’encourager les coopérations entre professionnels, de soutenir l’innovation, de créer des passerelles entre tourisme et industrie et d’organiser des événements à forte retombée médiatique. Ce modèle pourrait générer la création de plusieurs dizaines d’emplois dans les 3 ou 4 ans à venir.

 

Frédéric Rolland

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine