L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
La French Fab pour redorer l’industrie française
La French Fab pour redorer l’industrie française

En octobre 2017, le ministre de l’économie, Bruno Lemaire, lançait le label « French Fab », destiné à soutenir et accompagner les industriels français et à mettre en avant leurs savoir-faire.

 

Le ministre de l’économie et des finances, Bruno Lemaire, lançait début octobre, le label French Fab, censé abriter sous son aile l’ensemble des industriels français afin de les emmener sur le devant de la scène internationale grâce à des moyens mis à leur disposition pour les faire avancer, progresser, conquérir une place qui ne leur appartient plus depuis près de 20 ans, selon une étude menée pour l’AIF*.

 

Sept priorités pour atteindre le niveau 4.0

 

Le ministre donnait le cap : « viser l’industrie 4.0 » en donnant 7 priorités pour y parvenir : réformer la formation en associant les ministères et les industriels pour orienter les jeunes sans qualification vers les métiers de l’industrie grâce à une enveloppe de 15 milliards d’euros. En deux : alléger la fiscalité des entreprises en baissant les impôts sur les sociétés de 33,3 % actuellement à 25 %. Troisièmement, alléger le coût du travail, notamment les charges sur les bas salaires dès 2019 et mener une réflexion sur un dispositif similaire pour les salariés qualifiés.

 

Quatrième priorité : soutenir l’innovation grâce à une enveloppe de 10 milliards €, en particulier les projets d’innovation de rupture, qui se verront consacrer 200 à 300M€ par an. Numéro 5 : encourager la logique de filières industrielles « où les entreprises travaillent ensemble car elles sont complémentaires », rappelle le ministre. En 6 : s’unir entre industriels européens et établir une équité commerciale pour faire face à la concurrence asiatique notamment. Et enfin, 7ème priorité : valoriser la culture industrielle en « tissant les liens entre le passé et l’avenir en France comme dans le reste de l’Europe et du monde ».

 

La French Fab dans le détail

 

La French Fab, tout comme la French Tech (dédié au secteur du numérique), a pour objectif de « mettre les entreprises en mouvement ». La French Fab c’est : « une vitrine des savoir-faire industriels ; une identité ; un récit entrepreneurial ; une bannière pour « jouer collectif » ; une démarche d’attractivité ; la valorisation des savoir faire ; l’industrie du futur à la française ; l’ensemble de l’écosystème industriel français ; la rencontre entre l’industrie tradi et les startup futuristes ; un réseau d’entreprises ».

 

La French Fab entend emmener dans son sillage les entreprises « ambitieuses, au service de l’industrie, prêtes à innover, ancrées dans leur territoire, créatrices d’emploi, et ouvertes aux nouvelles technologies ».

 

Côté entreprises, elles y trouveront « une reconnaissance de l’excellence et de la créativité françaises ; la mise en valeur de la grande qualité des ingénieurs français ; un axe de valorisation ; un moyen de lutter contre la solitude de l’entrepreneur ; un signal de ralliement ; et une passerelle avec la French Tech et la French Touch ».

 

Corinne Legros

 

* Le 2 juin 2017, l’Alliance Industrie du Futur (AIF), le Cercle de l’Industrie, le Conseil National de l’Industrie et le Groupe des Fédérations Industrielles ont présenté les conclusions de l’étude Industrie du Futur réalisée par Accenture, EY et Roland Berger pour 6 filières industrielles françaises : aéronautique, automobile, construction, agroalimentaire, ferroviaire et naval. Depuis 2000, la valeur ajoutée de l’industrie française est restée stable. Elle souffre d’un sous-investissement et d’un outil obsolète, de 19 d’âge moyen.


Retrouver l'article complet dans l'édition du 6 Janvier 2018
AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine