L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
Le Gouvernement s’engage dans la résilience
Le Gouvernement s’engage dans la résilience

Pas question de laisser mourir l’industrie française. Édouard Philippe l’a rappelé à l’occasion d’un déplacement effectué lundi 20 novembre dernier chez l’équipementier Valeo. Le chef du Gouvernement en a profité pour dévoiler toute une batterie de nouvelles mesures destinées, justement, à faire en sorte que l’industrie française retrouve son rang au niveau mondial, soit un motif de fierté pour tous les Français et surtout qu’elle se projette, et nous avec, dans un futur de progrès et de bien-être collectif.

 

L’industrie fait vivre un territoire et lui donne des repères dans un monde tourmenté. Elle donne également une souveraineté et une autonomie stratégique au pays. Elle est source de progrès dans de nombreux domaines, motif de fierté et surtout, offre des réponses pertinentes aux multiples enjeux auxquels la société française est confrontée.

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces paroles n’ont pas été prononcées par un chef d’entreprise ou par le représentant d’un syndical patronal. C’est au Chef du Gouvernement qu’on les doit. « En tant que fervent défenseur de l’industrie française » a-t-il cru bon de préciser, rappelant au passage qu’en tant qu’ancien maire du Havre, il jouissait en l’espèce d’une certaine expérience voire légitimité pour aborder ce sujet. 

Édouard Philippe a livré le fonds de sa pensée à l’occasion d’un déplacement effectué ce lundi sur un site du groupe Valeo en région parisienne. Un site qui, au travers les solutions qu’il développe en faveur des véhicules autonomes, illustre ce que l’industrie française est capable de faire pour fabriquer le monde de demain et donc, transformer le quotidien des français, précisa-t-il à l’issue de sa visite.

 

Changer de logiciel

 

Invité à s’exprimer devant les membres qui siègent au Conseil National de l’Industrie, le locataire de Matignon a dévoilé ce que l’État compte mettre en œuvre pour faire en sorte que l’industrie française retrouve son rang. Rappelons que celle-ci représente aujourd’hui 12,6 % du PIB, ce qui la place au même niveau qu’au Royaume-Uni mais très en deçà de ce qu’elle pèse en Allemagne ou elle atteint 23,2 % du PIB.

Pour permettre à l’industrie française de combler son retard, le Gouvernement entend donner aux entreprises les armes nécessaires, ce qui in fine, devrait permettre d’amplifier les effets des transformations engagées.

 

« Nous sommes prêts à ouvrir la réflexion, avec les collectivités, sur la fiscalité de production, qui n’est pas incitative. Une réflexion en ce sens sera lancée au sein du Conseil National de l’Industrie en 2018. Nous sommes également prêts à poursuivre la baisse des charges, y compris pour les salariés au-dessus de 2,5 SMIC, mais seulement lorsque nous aurons rétabli la situation de nos comptes publics. Nous sommes prêts à travailler avec vous dans le cadre des débats qui auront lieu en 2018 sur la programmation pluriannuelle de l’énergie pour continuer à garantir aux entreprises un prix de l’énergie compétitif. »

Ainsi qu’il l’a affirmé, le Gouvernement restera attentif à ce que les engagements qui sont pris lors d’investissements en France soient respectés. Il entend également veiller à ce que les centres de décision de nos entreprises en général, et de nos champions industriels en particulier, demeurent en France. Les OPA menaçant des entreprises françaises seront contrées et ce, quel que soit le secteur.

 

Et parce que le sujet de la transformation de l’industrie est clé, un fonds pour l’industrie et l’innovation sera créé. Celui-ci sera opérationnel au 1er janvier 2018 et doté de 10 milliards d’euros. Le 1er ministre souhaite également que soient renforcées les logiques de filière et confier davantage de responsabilité aux branches en matière de formation et d’apprentissage, qui sont aujourd’hui les meilleurs vecteurs d’insertion professionnelle.

 

Frédéric Rolland


Retrouver l'article complet dans l'édition du 25 Novembre 2017
AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine