L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
Le Grand Débat est ouvert à tous
Publié le 18/01/2019
Le Grand Débat est ouvert à tous

Après 3 mois de contestation citoyenne dénommée « crise des gilets jaunes », le Président de la République et son Gouvernement engagent un Grand Débat National permettant à toutes et tous les français(e)s de s’exprimer au sujet de questions institutionnelles et constitutionnelles qui les concernent. À quoi ça sert et comment y participer ? réponses ci-dessous.

 

Le Grand Débat proposé par le Président de la République Française Emmanuel Macron, appuyé par une lettre ouverte qu’il a adressée aux Français en début de semaine, a pour objectif de recueillir de façon exhaustive l’avis de tous les français qui se sentent concernés par les questions citoyennes. Jusqu’au 15 mars, les Français sont invités à donner leur avis sur 4 grandes thématiques : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.

 

Ça sert à quoi ?

 

Pour les détracteurs - ou opposants politiques - cette initiative n’est qu’un coup d’épée dans l’eau qui n’a « pas d’intérêt » pour le Rassemblement National (ex-FN), « une foutaise intégrale » pour Debout la France, « un enfumage » pour la France Insoumise, ou encore « un artifice grossier » pour Les Républicains.

« Il s’agit d’envisager des solutions pour l’avenir du pays sur des problématiques majeures » indiquent les portes-paroles du gouvernement. Les réponses seront analysées et permettront de « forger un nouveau pacte économique, social et environnemental et de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement dans les prochains mois » promettent-ils.

 

Comment ça marche ?

 

Dans les grandes lignes, les citoyens auront jusqu’à mi-mars 2019 pour participer au Grand Débat en répondant aux 35 questions traitant des 4 thématiques définies plus haut.

 

Concrètement, les citoyens pourront participer à ce Grand Débat national de 4 façons : soit au travers de réunions d’initiatives locales organisées par les maires ou les citoyens ; soit par des stands de proximité installés dans les lieux de passage du quotidien (marchés, galeries…) ; soit en s’exprimant, à partir du 21 janvier prochain, sur le site internet granddebat.fr ou par courrier à la Mission Grand débat, 244 bd St-Germain 75007 Paris, un numéro vert France Métropolitaine 0 800 97 11 11 et le 01 82 71 03 39 pour l’Outre-Mer complétera le lancement de la plateforme numérique. ; soit en assistant à des conférences citoyennes (à partir du 1er mars), qui réuniront une centaine de participants tirés au sort dans chaque région aux côtés de représentants de diverses « parties prenantes ». Les organisateurs pourront se procurer un kit méthodologique via la plateforme, ainsi que des fiches de présentation des 4 thèmes et des kits territoriaux.

 

Entre le 15 mars, date de clôture des contributions, et avril 2019, les réflexions seront analysées et synthétisées pour être restituées au Président de la République.

 

Quid de l’impartialité ?

 

« Pour garantir l’indépendance du grand débat, un collège de garants sera désigné. Indépendants du Gouvernement et reconnus pour leur engagement au service de l’intérêt général, ils s’assureront de l’impartialité et de la transparence de la démarche.

 

Ils veilleront à la régularité de la méthode et à celle des travaux d’analyse et de synthèse des contributions recueillies. Ils formuleront toutes les recommandations qu’ils jugeront nécessaires pour satisfaire aux exigences de transparence et d’impartialité ».

 

5 membres composeront le collège des garants : deux désignés par le Gouvernement et trois désignés par l’Assemblée nationale, le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental.

 

Un gros chantier qui mobilisera partenaires sociaux, acteurs associatifs, et les associations d’élus.

 

Corinne Legros

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine