L'Echo Drôme-Ardèche > Actu
Actu
Seize comités stratégiques labellisés
Publié le 07/06/2018
Seize comités stratégiques labellisés

Le Conseil National de l’Industrie, présidé par le Premier Ministre Edouard Philippe, a désigné les 16 nouveaux présidents des comités de filières représentatives de l’industrie française, dont la mission est de faire le relais entre le gouvernement et les entreprises.

 

Les Comités stratégiques de filière (CSF), correspondant chacun à une filière stratégique de l’industrie française, ont pour mission d’identifier les enjeux clés de la filière et de fédérer les énergies autour de projets structurants pour l’avenir, rapporte le gouvernement. 10 CSF avaient déjà été désignés le 26 février dernier. La réunion du comité exécutif du 28 mai 2018 a désigné 6 filières supplémentaires.

 

Concrètement ces comités doivent tracer une feuille de route par filière afin d’anticiper les évolutions les impactant. Pour exemple, la filière automobile vient de signer son contrat. Confrontée à trois grands enjeux (mix énergétique, connectivité/intelligence artificielle, et nouvelles mobilités), la filière doit se fixer des objectifs ciblés tels celui de multiplier par 5 d’ici fin 2022, les ventes de véhicules électriques ; de prévoir les équipements de recharge ad hoc ; de développer une offre industrielle de batteries ; et créer une filière hydrogène compétitive.

 

Chaque filière a donc ses priorités. Les 6 filières nouvellement labellisées ont elles aussi des objectifs à réaliser. La filière eau doit faire connaître les réalisations industrielles françaises à l’international ; le CSF Mines et Métallurgie doit se pencher sur la transformation numérique et développer une filière de recyclage de batteries lithium ; la construction doit également accélérer la transformation numérique ; le CSF nouveaux systèmes énergétiques doit plancher sur les microgrids et développer le volet méthanisation ; le CSF valorisation des déchets doit développer la robotique et l’intelligence artificielle ; enfin, le CSF industrie électronique doit s’intéresser aux composants semi-conducteurs avancés et amplifier la transformation de la filière vers une industrie électronique durable. L’ensemble des contrats de filière seront signés d’ici fin 2018. Une réunion plénière sera organisée le 22 novembre de cette année.

 

Pour accompagner les CSF, deux rendez-vous spécialisés leur sont proposés (9 et 10 juillet 2018). Parallèlement, dès cette année, le Plan d’investissement en compétences permettra de financer 148 700 entrées en formation (pour 670 millions d’euros). « L’industrie s’est aujourd’hui fixée comme ambition d’augmenter de 40 % son nombre d’apprentis d’ici à 5 ans, ce qui portera de 62 000 à 87 000 le nombre d’apprentis qui rejoignent chaque année l’industrie. L’État apporte un soutien de 60 millions d’euros aux accélérateurs de Bpifrance pour aider à grandir 4 000 entreprises à horizon 2021 ».

 

L’industrie en France compte 3,2 millions de salariés. En 2017, plus de 21 000 emplois ont été créés et le taux de marge dans l’industrie manufacturière française est à son plus haut niveau depuis 1967 (37,9 %).

 

Corinne Legros

 

Crédit photo : Benoit Granier/Matignon

AUSSI A LA UNE
LA UNE
de la semaine